Alimentation des nourrissons et gain de poids : différentiation entre l’allaitement au sein, l’administration de lait maternel au biberon et l’administration de préparations commerciales pour nourrissons

18 décembre 18 | Canada, Publications - Rapports - Études

Résumé d’un article de Azad B. et al., publié dans Pediatrics en octobre 2018

Contexte

L’allaitement est associé avec une certaine variabilité à une réduction du risque d’obésité. Dans les études, les chercheurs ne font habituellement pas la distinction entre l’allaitement au sein et l’alimentation au biberon avec du lait maternel, ni entre la supplémentation par des préparations commerciales pour nourrissons (PCN) et d’autres aliments, et peu tiennent compte de l’alimentation à l’hôpital.

Résumé

Objectifs

Les études liant l’allaitement et l’obésité prennent rarement en considération la méthode d’administration du lait maternel, le type de suppléments donnés, ou l’alimentation à l’hôpital. Nous avons étudié ces pratiques à travers la cohorte de naissances de l’Étude longitudinale canadienne sur le développement des enfants en santé (CHILD).

Méthodes

Le mode d’alimentation a été indiqué par les mères et a été documenté dans les dossiers d’hospitalisation. Le poids et l’indice de masse corporelle (IMC) ont été mesurés à 12 mois. Les analyses ont tenu compte de l’IMC de la mère et des autres facteurs confusionnels.

Résultats

Parmi les 2 553 dyades mères-enfants, 97 % ont commencé l’allaitement et la durée moyenne de l’allaitement était de 11,0 mois. La majorité des nourrissons (74 %) ont consommé des aliments solides avant 6 mois. Parmi les nourrissons « exclusivement allaités », 55 % ont bu du lait maternel exprimé et 27 % ont été ponctuellement supplémentés avec des PCN à l’hôpital. Comparés à l’allaitement exclusif au sein jusqu’à 3 mois, tous les autres modes d’alimentation ont été associés à des IMC plus élevées : β ajusté : +.12 (95 % CI : .01 à .23) pour le lait exprimé, +.28 (95 % CI : .16 à .39) pour l’allaitement mixte, et +.45 (95 % CI : .30 à .59) pour le non-allaitement. La supplémentation ponctuelle à l’hôpital avec des PCN n’affecte pas ces corrélations lorsque l’allaitement a été établi et soutenu pendant au moins 3 mois. L’administration de suppléments de PCN durant 6 mois a été associée à un IMC plus élevé (β ajusté : +.25 ; 95 % CI : .13 à .38), contrairement à la supplémentation par des aliments solides. Les résultats sont similaires pour le gain de poids.

Conclusions

L’allaitement est réciproquement lié au gain de poids et à l’IMC. Ces relations sont dose-dépendantes, en partie diminuées lorsque le lait maternel est administré au biberon et fortement amoindries par les suppléments de PCN après la période périnatale.

Azad MB, Vehling L, Chan D, et al. Infant Feeding and Weight Gain: Separating Breast Milk From Breastfeeding and Formula From Food. Pediatrics. 2018;142(4):e20181092

Accéder à l’article

Traduction libre

 

À découvrir

Canadian Royal Milk : Une stratégie marketing éthique?

Lorsque la promotion des PCN encourage les familles à délaisser l’allaitement au profit de l’alimentation artificielle, elle a un impact sur la santé des femmes, la santé et le développement des tout­petits, tout en augmentant le fardeau financier des familles.

Offre d’emploi – Agente ou agent de soutien administratif

Si vous êtes une personne organisée, polyvalente et motivée à contribuer à la réalisation de notre mission, envoyez-nous votre candidature dès maintenant !

Transfert hospitalier d’un nouveau-né sans sa mère : Un protocole hospitalier néfaste aux bébés

Le Mouvement allaitement du Québec (MAQ) tient à exprimer sa profonde inquiétude et son indignation face au transfert d’un bébé naissant de Baie-Comeau à Québec sans sa mère.

Une dépendance évitable : Inflation fulgurante du prix des préparations commerciales pour nourrissons

En laissant croire aux parents que ces produits sont facilement accessibles, le marketing de l’industrie occulte leur coût réel et le fardeau financier qu’elles représentent pour les familles.

Santé publique : un cordonnier bien mal chaussé

« Exprimer son lait, ce n’est pas se reposer ! » Communiqué présentant les obstacles à la conciliation allaitement-travail.

Allaitement-changements-climatiques

La santé durable : et si on examinait les liens entre le mode d’alimentation infantile et les perturbations climatiques?

L’allaitement peut réduire de près de 50% l’empreinte carbone liée à l’utilisation des préparations commerciales pour nourrissons tout en diminuant leur empreinte hydrique et les déchets associés.

Quand les condoléances des fabricants ne suffisent pas

Communiqué en réaction à la condamnation d’un fabricant de préparation commerciale pour nourrisson pour le décès d’un bébé

Rendre les milieux d’enseignement favorables à l’allaitement – Appel à projets (2e édition)

Vous aimeriez faire une différence dans votre communauté ?
Vous pourriez réaliser un projet pour rendre un milieu d’enseignement favorable à l’allaitement avec l’aide d’un soutien financier allant jusqu’à 10 000 $.

L’allaitement et la prestation de soins aux nourrissons, un travail de soins « sexué »

Cette étude rappelle l’importance de soutenir le travail de soins des nourrissons, qui est sexué par nature, et de répartir les autres soins de manière plus équitable entre les hommes et les femmes, la communauté et l’État, au bénéfice des femmes, des enfants et de la société dans son ensemble.

Protéger la santé des nourrissons ou celle de l’industrie de l’alimentation infantile?

Le MAQ se réjouit que Santé Canada entend réviser le Règlement sur les aliments et les drogues qui touchent aux aliments à usage diététique spécial et aux aliments pour bébés, tout en déplorant du même souffle le peu de temps dont disposent les organisations pour déposer leurs commentaires.

Articles par catégories

Partagez cette page

Une façon simple de soutenir notre mission