L’allaitement maternel, encore et toujours sous influence?

Un article d’Emmanuelle Robert, paru dans Éducation Santé, numéro 348, octobre 2018, un mensuel au service des intervenants francophones en promotion de la santé en Belgique.

Trop peu de mères allaitent en Wallonie (Belgique), et la majorité n’allaite pas assez longtemps. Décrire la situation de l’allaitement en abordant différentes dimensions offre une lecture et un éclairage permettant de mieux comprendre les raisons d’une situation épidémiologique parmi les moins favorables des pays à hauts revenus.

Introduction

Afin de pallier le manque de données représentatives de l’allaitement maternel à l’échelle régionale, un module d’une vingtaine de questions sur le sujet a été introduit dans les enquêtes de couverture vaccinale (ECV) ayant lieu en Wallonie et à Bruxelles et qui portent sur les enfants de 18 à 24 mois. Au-delà de quelques données épidémiologiques qui balisent l’article, la réflexion portera essentiellement sur les principales raisons qui pourraient expliquer des taux et durées d’allaitement parmi les plus bas des pays ou régions à hauts revenus. Un bref éclairage historique permettra de constater que l’allaitement a toujours été sous influences multiples. L’hypothèse que celui-ci n’a jamais véritablement été, parmi la population autochtone, un comportement profondément inscrit dans la culture peut clairement être posée. Par ailleurs, les diverses « emprises » que l’allaitement maternel subit, que celles-ci soient médicale, féministe, maritale, politique… ne laissent pas suffisamment la place à une information objective, scientifique et rigoureuse. En 2012 et 2015, ces enquêtes qui portaient sur plus de 520 familles montrent que le sevrage est plus souvent subi que désiré, que celui-ci est souvent dû à des problèmes directement liés à l’allaitement (engorgement, douleurs, perception de manque de lait entre autres), ce qui laisse supposer une prise en charge non adéquate ou non efficace des diverses difficultés rencontrées. Par ailleurs, l’information reçue par les professionnels de santé en la matière est lacunaire.

Dans la suite de l'article

  • Moins de 12 % des enfants allaités exclusivement pendant 6 mois
  • Trop peu d’informations dispensées aux (futures) mamans
  • Manque de formation des prestataires de soins
  • La moitié des mères ont rencontré des difficultés liées à l’allaitement
  • Raccourcissement du séjour à la maternité : contrainte supplémentaire ?
  • Quelle culture de l’allaitement dans nos régions?
  • Transmission des savoirs : modèle « savant » versus modèle « populaire »
  • La religion : influence positive, influence négative…
  • Trop peu de promotion de l’allaitement en Belgique
  • Vers une vision pluridisciplinaire et multidimensionnelle
Suite de cet article

 

Merci de partager! _Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin