Audiences particulières de la Commission de la santé et des services sociaux, dans le cadre de l’étude du projet de loi modifiant la Loi sur Héma-Québec et sur le comité d’hémovigilance

C’est avec fierté que le MAQ a pu apporter son point de vue, celui des femmes et des intervenantes en périnatalité, sur la mise en place d’une banque de lait maternel par Héma-Québec, lors des audiences particulières de la Commission en santé et services sociaux, le 18 avril 2013.

Délégation du MAQ

Une délégation de quatre personnes, provenant de différents milieux, a permis de projeter une image multidimensionnelle, l’essence même du MAQ :

  • Raphaëlle Petitjean
    Présidente du MAQ et coordonnatrice du comité banque de lait
    Ancienne marraine d’allaitement Nourri-Source
  • Kathleen Couillard Mcb.A, Microbiologiste agréée
    Membre du comité banque de lait
    Coordonnatrice des agentes de liaison auprès des professionnels de la santé de la Ligue La Leche
  • Geneviève Piuze M.D., néonatologiste
    Cheffe de service néonatologie, du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ)
  • Diane Tousignant, inf., D.E.S.S. (sc. inf.)
    Infirmière clinicienne et consultante en lactation certifiée de l’IBLCE, Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ)

Échanges avec les membres de la commission

La diversité de ce panel a semblé impressionner les membres de la commission. Certains sujets abordés les ont surpris, entre autres :

  • Importance de ne pas mettre de pression sur les mères;
  • Offrir le soutien d’une consultante en lactation aux donneuses;
  • Dans un 2e temps, élargir la banque de lait.

Les questions ont été nombreuses et diversifiées, en particulier sur :

La sécurité du lait de donneuse : Nous avons expliqué comment les procédures de sécurité entourant la manipulation du lait de donneuse diminuaient considérablement les risques de contamination. Il a fallu aussi leur rappeler que les préparations commerciales pour nourrissons (PCN) pouvaient également être contaminées et qu’elles faisaient régulièrement l’objet de rappel. Par conséquent, si le lait de la mère est toujours préférable, le lait de donneuse demeure nettement supérieur aux PCN;

La formation et le rôle d’une consultante en lactation IBCLC : Maintenant les membres de la Commission connaissent l’existence et l’importance de ces professionnelles;

Les échanges de lait informels : Nous avons fait la démonstration que l’ouverture de la banque de lait selon les spécifications du projet actuel ne répondra pas aux questions de santé soulevées par ce phénomène. Certains députés se sont montrés très préoccupés par ce phénomène et s’interrogeaient sur le rôle des organismes communautaires dans ce contexte;

L’acceptabilité du lait d’une autre mère : Il a fallu leur rappeler que les préparations commerciales sont issues du lait d’une autre espèce de mammifère. Nous avons également pu leur faire connaître les résultats d’étude démontrant que les parents de prématurés sont tout à fait prêts à utiliser le lait d’une autre mère pourvu qu’on leur assure que ce lait est sécuritaire.

Le recrutement de donneuses via les organismes d’entraide en allaitement : Nous avons expliqué à la commission l’importance de ne pas limiter le recrutement des donneuses aux seules femmes ayant donné du sang de cordon. Nous avons appris aux députés présents que plusieurs mères contactaient régulièrement les organismes communautaires d’entraide en allaitement dans le but d’offrir leur lait pour les bébés qui en ont besoin.

Recommandation du MAQ

Le MAQ a déposé un mémoire dans lequel il recommande que :

  • Héma-Québec développe et maintienne un partenariat avec un ou des organismes communautaires en périnatalité afin de valider les communications qui seront faites auprès des donneuses potentielles et des familles receveuses;
  • L’information sur le don de lait soit donnée en période prénatale aux parents, mais que la demande de don ne soit faite qu’en période postnatale, afin de ne pas mettre de pression supplémentaire sur les femmes;
  • Les femmes qui acceptent de faire don de leur surplus de lait soient accompagnées sans frais par une consultante en lactation certifiée IBCLC;
  • Héma-Québec ne se limite pas aux femmes qui ont consenti au don de sang de cordon, surtout si la quantité de lait recueilli ne suffit pas à la demande;
  • Héma-Québec offre un service de collecte du lait à domicile;
  • Les mères de prématurés soient accompagnées de façon adéquate, sans frais, par une consultante en lactation certifiée IBCLC, jusqu’à ce que la production lactée soit bien établie et que leur enfant soit capable de boire au sein, si l’allaitement est possible et qu’elles le désirent;
  • Dans un deuxième temps, l’accès à la banque de lait maternel soit élargi à tous les nourrissons hospitalisés qui le nécessitent, puis à tous les nourrissons nés à terme et en santé de moins de 6 mois lorsqu’ils ne peuvent être exclusivement nourris du lait de leur mère.

Conclusion

En résumé, la participation du MAQ à ces audiences particulières a permis d’élargir la vision de l’allaitement des membres de la Commission parlementaire en santé et services sociaux, parmi lesquels figurent le ministre Réjean Hébert, l’ancien ministre Yves Bolduc et la représentante en santé de la 2e opposition officielle. La présentation du MAQ a permis de les sensibiliser à la pression ressentie sur les mères, à certaines incohérences de la promotion de l’allaitement, au sous-financement des groupes et organismes d’entraide et de soutien en allaitement (GOESA), en plus de les informer sur l’existence des consultantes en lactation IBCLC.

Merci de partager cette page! Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone